AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Afrique centrale : un nouvel agenda de développement de l’agriculture
L'agriculture africaine est prête pour zone de libre-échange
Agriculture en Afrique - ph : DR

Afrique centrale : un nouvel agenda de développement de l’agriculture

La FAO et les experts agricoles définissent un nouvel agenda pour améliorer les systèmes alimentaires et encourager l’investissement dans les métiers de l’agriculture.

L’équipe multidisciplinaire du bureau sous-régional de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour l’Afrique centrale organise la 14e réunion visant à promouvoir les métiers de l’agriculture auprès de la jeunesse africaine. Cette réunion qui s’est tenue du 28 février au 2 mars 2022 en visioconférence nous apprend adiac-congo, sur le thème «Libérer le potentiel de la jeunesse et des femmes avait pour objectif de rendre les systèmes alimentaires plus efficients, inclusifs, résilients et durables en Afrique centrale ».

Le principal objectif de cette réunion était de définir un cadre propice d’échanges entre le bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale et les bureaux de chaque pays membre de l’organisation. A l’ordre du jour, la définition d’un nouvel agenda de développement du secteur agricole pour les prochaines années.

Le représentant de la République démocratique du Congo (RDC) à souligné le bien-fondé de cette réunion en rappelant la spécificité de l’impact négatif de la Covid-19 sur la situation économique de l’Afrique. Surtout lorsqu’on se souvient qu’en 2021, la sous-région comptait encore près de 32 millions de personnes souffrant de la faim. Outre les 32.1 % d’enfants de moins de cinq ans présentant un retard de croissance, le taux de chômage des jeunes, hommes et femmes est très élevé et les pays ont une forte dépendance vis-à-vis des importations alimentaires.

« Instauration des stratégies efficaces pour contrer les importations alimentaires, la famine et le chômage sur le continent Africain. »

Selon le représentant de la RDC, il est plus que temps de mettre sur pied des stratégies efficaces qui permettent de parer cela et qui amène le continent à se tourner massivement vers le développement du secteur agricole. Non seulement cela permettrait de lutter efficacement contre le chômage en intéressant les jeunes, ce serait également un facteur de développement du continent.

Le président de la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a rappelé que 70 % de la population africaine est constituée de jeunes. Il a ajouté qu’avec une bonne politique, et une action groupée, cette jeunesse pourrait contribuer à la production, la transformation, la conservation et l’utilisation des ressources alimentaires.

Quant à Yannick Rasoarimanana, la représentante de la FAO, les échanges avec des experts seront axés sur le suivi de l’application des recommandations de la dernière réunion en date du MDT 2021, le cadre stratégique FAO 2022-2031 ainsi que le plan de travail intégré pour le développement potentiel des jeunes dans plusieurs secteurs économiques.

Nous portons également à votre connaissance que cette réunion fait suite à la 20 sessions de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC qui s’est déroulée le 19 janvier dernier à Brazzaville. Une conférence à laquelle participent activement des représentants des institutions spécialisées du secteur agricole, de la société civile, du privé, des ministres de l’Agriculture et des responsables régionaux de la FAO.

Regardez aussi

La Côte d’Ivoire ouvre ses stands au Salon international de l’agriculture de Paris 2022

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani ouvre des stands dédiés …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.