AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu' en Afrique de l'Ouest / Actu' Burkina Faso / FAO : Un nouvel outil pour restaurer les terres du Sahel ?
Sahel
Sahel - Ph : CIP

FAO : Un nouvel outil pour restaurer les terres du Sahel ?

Un nouvel outil de mécanisation de l’agriculture capable de restaurer les terres dégradées du Sahel (FAO).

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis à la disposition des pays du Sahel, des charrues appelées Delfino, pour une mécanisation novatrice de l’agriculture et une meilleure restauration des terres dégradées de la région.

Le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria et le Sénégal bénéficient de ce don de la FAO, inscrit dans la mise en œuvre de son programme « Action contre la désertification », selon un communiqué publié dimanche 23 janvier 2022.

Le programme vise à faciliter la tâche aux agriculteurs de cette région désertique et à revaloriser les terres dégradées, estimées dans leur ensemble à environ 700 millions d’hectares en Afrique.

Selon le Coordonnateur du programme, Moctar Sacande, « la restauration des terres dégradées pour en faire des terres productives et en bonne santé est une chance immense pour l’Afrique et les bienfaits sociaux et économiques pour les communautés agricoles sont énormes ».

La charrue Delfino est une innovation technologique du monde agricole qui permet de retourner efficacement les sols endommagés sur plus de 50 cm de profondeur et 15 à 20 hectares en moyenne, par jour. Elle a la capacité de creuser des sillons en formes de demi-lunes plus larges, prêts à accueillir les semences et les plants.

Cette charrue permet de collecter dix fois plus d’eau de pluie et de rendre le sol plus perméable que la méthode traditionnelle et archaïque, celle de creuser à la main. Elle vient ainsi atténuer les souffrances des hommes qui, même à cent, ne peuvent labourer qu’à peu près un hectare par jour, et celles des femmes qui sont tenues de prendre le relais à une période précise de l’année, note le communiqué.

L’importance de ramener les terres dégradées à la vie réside, tout aussi, dans la lutte contre la transformation des terres forestières (déforestation) en terres agricoles productives pour satisfaire les exigences alimentaires de l’Afrique qui perd quatre millions d’hectares de forêt par an.

AIP

Regardez aussi

Horticulture

Sénégal : Une caravane à Kaolack pour la promotion de l’agro-écologie

La Dynamique pour une transition agro-écologique au Sénégal (DYTAES) organise une caravane dans la ville …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.