AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / IFAD : Autonomiser les femmes rurales et leurs communautés
L'agriculture africaine est prête pour zone de libre-échange
Agriculture en Afrique - ph : DR

IFAD : Autonomiser les femmes rurales et leurs communautés

Pour l’IFAD, un enjeu majeur : rentre autonomes les femmes rurales et leurs communautés.

Les femmes sont des contributeurs majeurs à l’agriculture et aux économies rurales, mais sont confrontées à de nombreux défis auxquels les hommes ne sont pas confrontés. Elles ont moins accès aux ressources et aux services, notamment à la terre, au financement, à la formation, aux intrants et à l’équipement. En plus de leurs travaux agricoles, elles sont surchargées de tâches domestiques. 

Bien qu’elles soient des membres productifs de leurs familles, organisations et communautés, les femmes rurales ne sont pas toujours en mesure de faire entendre leur voix et de contribuer aux décisions concernant les problèmes familiaux et communautaires, l’argent ou les affaires – y compris la façon dont leur propre revenu est dépensé. 

Tout au long de leur vie, les femmes rurales se heurtent à des obstacles à la pleine mobilité et à la participation politique. Cela commence tôt, les filles étant moins susceptibles que les garçons de recevoir la scolarisation et le soutien dont elles ont besoin. 

De nombreuses lois écrites établissent encore une discrimination fondée sur le sexe, et les traditions et les normes patriarcales continuent de perpétuer l’inégalité entre les sexes. En conséquence, les droits, les déplacements, l’autonomie et l’accès des femmes aux opportunités et aux ressources sont restreints. 

Dans les communautés qui dépendent largement de l’agriculture pour leur alimentation et leurs revenus, l’inégalité entre les sexes se traduit par un écart important entre les sexes en matière de productivité agricole, pour lequel les pays paient un prix élevé. En Ouganda, par exemple, le coût de l’écart entre les sexes dans le secteur agricole du pays est estimé à 67 millions de dollars par an. 

Construire une économie plus inclusive

La promotion de l’égalité des sexes est un élément clé de l’action du FIDA visant à réduire la pauvreté rurale et à améliorer la sécurité alimentaire. Les femmes représentent environ la moitié de tous les participants aux projets que nous soutenons. Lorsque les femmes sont autonomisées, les familles, les communautés et les pays en bénéficient. 

Le FIDA a été à l’avant-garde de l’égalité des sexes dans les communautés rurales, en mettant l’accent sur des résultats transformateurs et durables. Nos programmes et projets sont inclusifs et axés sur les résultats. Ils aident les femmes rurales à produire plus de nourriture, à se connecter aux marchés, à augmenter leurs revenus et à devenir plus alphabétisées et financièrement qualifiées. 

L’autonomisation des femmes ne peut être réalisée sans changement au niveau du ménage, impliquant tous les membres, jeunes et vieux, femmes et hommes. 

Le FIDA, en coopération avec ses partenaires, est l’un des principaux organismes pionniers de l’approche novatrice consistant à utiliser les méthodologies des ménages (MHM). Cette approche vise à changer le schéma persistant de l’inégalité entre les sexes, en particulier parmi les familles et les communautés d’agriculteurs.

Les HHM déplacent l’attention du niveau individuel vers le niveau du ménage, et des choses – telles que les actifs, les ressources et les infrastructures – vers les personnes, et vers qui ils aspirent à être et ce qu’ils aspirent à faire.

Les participants apprennent les liens entre la pauvreté et l’inégalité entre les sexes au sein du ménage, tout en développant une vision commune pour le développement de la famille. 

Les résultats ont été transformationnels. L’amélioration du statut des femmes a conduit à une plus grande productivité agricole et à une répartition plus équitable du travail. Il y a eu d’autres résultats de développement qui ont changé la donne, comme l’amélioration de la nutrition des enfants, puisque les femmes sont plus susceptibles que les hommes de consacrer leur revenu à l’alimentation et à l’éducation. 

Les femmes autonomes sont en mesure de participer plus pleinement à leurs communautés et d’encourager des politiques locales inclusives qui stimulent davantage le développement rural.

IFAD

Regardez aussi

Légumes - ph : Pixabay

FAO : Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021

Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021 observe la FAO. Les prix …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.