AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / Le marché mondial de la fraise
Fraises
Fraises - Ph : DR

Le marché mondial de la fraise

Marché mondial : la fraise

Le marché mondial de la fraise est actuellement très hétérogène. L’offre européenne est limitée ; le froid de l’hiver en Espagne notamment a fait reculer la production. Les réglementations douanières récemment introduites au Royaume-Uni dans le cadre du Brexit ont entraîné de longs délais pour les expéditions. Une saison de croissance pluvieuse en Chine a également ralenti la production entraînant des rendements plus faibles, susceptible de se traduire par une offre excédentaire sur le marché local d’ici peu, une fois que la récolte aura rattrapé son retard. En Amérique du Nord, la demande est supérieure à l’offre et ne devrait augmenter qu’à l’approche de la Saint-Valentin.

Pays-Bas/Belgique : offre limitée de fraises issues de la culture éclairée

L’offre de fraises néerlandaises et belges issues de la culture éclairée est pour le moment limitée, une situation plutôt normal pour cette période de l’année. Le prix est fixé en fonction du volume quotidien disponible. Comme celui-ci se situe à un niveau assez élevé, les fraises sont essentiellement écoulées dans le commerce de détail national. L’exportation est encore raisonnablement calme compte tenu de ces prix. Le marché a les yeux rivés sur le produit espagnol, mais l’offre n’est pas encore très importante. Selon une coopérative, les nouvelles cultures auraient ralenti.

Allemagne : augmentation de la culture intérieure

À Hambourg, les rares lots en provenance d’Espagne ont atteint des prix nettement plus élevés que les fruits égyptiens abondants et apparemment pas encore mûrs. En Allemagne de l’Est, la demande a sensiblement diminué après les fêtes de fin d’année. L’offre en provenance d’Égypte, de Grèce, des Pays-Bas et de Turquie a été adaptée en conséquence. Les prix au kilo se situaient entre 3,50 € et 16 €.

La culture nationale de fraises de serre est actuellement en hausse, comme en témoigne l’augmentation constante des surfaces cultivées. Tant en début de saison qu’en automne, les fraises de serre sont très lucratives en termes de prix, notamment en raison du rendement plus élevé au m².

Royaume-Uni : bon approvisionnement depuis l’étranger, mais retards dus aux changements douaniers liés au Brexit

L’offre de fraises est bonne en ce moment avec des fruits entrant au Royaume-Uni en provenance d’Espagne et du Maroc. On trouve également des fruits égyptiens, mais des problèmes de qualité ont été constatés cette saison. La saison marocaine a démarré lentement en novembre, mais elle s’est désormais accélérée. La saison espagnole, qui a débuté à la mi-décembre, est maintenant bien engagée et les fruits sont nombreux. Le froid qui règne actuellement en Espagne, avec des températures nocturnes descendant à 1 ou 2°, est compensé par un fort ensoleillement en journée et une pleine lune la nuit, qui provoque un afflux de fruits en ce moment.

Les niveaux élevés de lumière permettent d’obtenir une qualité exceptionnelle et une grande disponibilité qui durera quelques semaines. Le Maroc devrait avoir un bon approvisionnement jusqu’à la mi-février.

Le 1er janvier, le Royaume-Uni a introduit de nouvelles réglementations douanières dans le cadre du Brexit : tout ce qui entre et sort du Royaume-Uni doit être dédouané, ce qui entraîne de longs délais pour effectuer les contrôles.

Un importateur a déclaré avoir eu des problèmes avec certains chargements de groupements en provenance du Maroc. Chaque importateur peut faire appel à un opérateur de dédouanement différent, de sorte que le camion doit se rendre chez chacun d’eux avant que les fruits puissent être libérés. Le délai le plus long auquel ils ont été confrontés est de 5 jours, ce qui est beaucoup trop long pour un chargement de fruits rouges.

Italie : la Basilicate, première région en termes de superficie

La campagne de fraises italienne a commencé il y a plus d’un mois, en particulier pour les champs cultivés avec des semis enracinés et des cultivars précoces. La région de Basilicate reste en tête en ce qui concerne la superficie consacrée aux fraises, avec 1162 hectares aujourd’hui, contre 998 la saison précédente. La récolte des fruits produits par les plantes fraîches a également commencé il y a quelques jours, avec des variétés telles que la Sabrosa-Candonga, l’Inspire et la Rossetta. En ce moment, dans les zones de culture, le climat est favorable, avec des journées douces et en grande partie ensoleillées. Les commandes et les prix de vente sont également excellents.

Selon les statistiques, les fraises font partie des fruits préférés des familles italiennes : plus de 19,2 millions de familles en ont acheté au moins une fois au cours de la dernière année se terminant en novembre 2021, soit 73,6 % des familles italiennes. La fréquence d’achat est importante avec une moyenne de 6,9 fois au cours des 12 mois, tandis que la dépense moyenne par achat est proche de 3 euros. En moyenne, pour un seul achat, les familles italiennes acquièrent environ 700 grammes de produit.

Espagne : faible production due au froid, mais qualité satisfaisante

Jusqu’à présent, le mois de janvier a été froid en Espagne. Le froid retarde le mûrissement des fruits rouges à Huelva, notamment des fraises, dont les volumes sont inférieurs de 20 % à la moyenne habituelle à ce jour. Les prix des fraises sont donc plus élevés que l’année dernière en raison du manque de volumes. Toutefois, l’offre et la demande sont équilibrées, car le mois de janvier n’est habituellement pas un mois de forte demande. Les producteurs reçoivent déjà des commandes d’importateurs d’Europe centrale et septentrionale pour la semaine précédant la Saint-Valentin, au cours de laquelle la consommation de fruits rouges a tendance à exploser, notamment celle des fraises. L’hiver est froid cette année et les volumes pourraient encore être faibles d’ici là.

Selon le représentant de l’association espagnole qui fédère la majorité de la production de fruits rouges en Espagne, la première partie de la campagne a été très positive en termes de qualité des fruits. Les marchés ont félicité les exportateurs espagnols à ce sujet, contrairement aux autres années où les problèmes étaient plus nombreux. Les producteurs espèrent que le développement des fruits ne sera pas affecté maintenant par les brusques chutes de température et qu’ils pourront ainsi obtenir une bonne qualité dès le mois de février.

Afrique du Sud : bons niveaux de vente et de prix pour les fraises sud-africaines durant la saison locale

La saison des fraises locales, qui s’étend de juin à décembre, est terminée, mais il reste encore quelques fraises récoltées dans la partie la plus fraîche du Cap Sud. Cependant, la plupart des consommateurs achètent désormais des fraises égyptiennes importées. Sur le marché de Johannesburg, le prix moyen des fraises est actuellement de 65 R (3,74 euros) par kilogramme.

Selon un producteur de fraises, les prix ont été stables cette année, plus que d’habitude, en particulier pendant le pic d’octobre. Les ventes sont restées bonnes.

Les exportations de fraises d’Afrique du Sud ont augmenté vers le Moyen-Orient, l’Extrême-Orient et l’Europe au cours des deux dernières années. On a assisté récemment à une expansion du secteur sud-africain de la fraise.

« Nos fournisseurs de Western Cape et d’Eastern Cape sont toujours très présents avec des fruits locaux. L’écart entre les fraises locales et les autres s’est réduit au fil des ans. Nous disposons d’un approvisionnement local pour 12 mois », explique un détaillant sud-africain, qui note que les fraises sont actuellement importées d’Éthiopie.

Chine : des prix élevés en raison d’un retard de production

Normalement, le prix des fraises est bas au début du mois de janvier, mais cette année, le prix par caisse (un peu plus de 600 grammes) atteint environ 20 yuans. Ce prix élevé est dû au temps pluvieux de 2021, qui a entraîné une période de maturation tardive des fraises et une baisse de la production. On s’attend à ce que dans encore une semaine, au plus tard autour de la Fête du Printemps, le prix des fraises revienne à un niveau relativement normal avec l’arrivée de larges quantités sur le marché.

Récemment, sur le marché de Xinfadi à Pékin, le prix moyen des fraises rosées et des fraises crémeuses est d’environ 12 yuans, tandis que le prix des fraises Jiujiu est plus élevé, avec un prix moyen de 21 yuans. Par rapport à la situation d’il y a un demi-mois, les prix de ces trois variétés ont baissé de 30 à 40 %. Mais par rapport à la même période des années précédentes, les fraises ne sont pas du tout bon marché, notamment les fraises Jiujiu de Dandong, dans la province du Liaoning, dont le prix est environ 30 % plus élevé que l’année dernière.

Les principales fraises sur le marché de Pékin sont les fraises crémeuses de Shandong et les fraises Jiujiu de Dandong, Liaoning. La différence de prix entre les deux est presque le double. Ces dernières années, de nouvelles variétés de « fraises du monde » ont également été lancées, mais en raison de la difficulté à les promouvoir, le marché de Pékin n’a pas encore pu être ouvert. De la fraise « Fengxiang », qui détenait une grande part de marché les premières années, à la fraise « Hongyan » qui se vend bien aujourd’hui, le cycle de remplacement des variétés les plus vendues est généralement de sept ou huit ans.

On s’attend à ce que, lorsque les fraises qui ont été retardées seront concentrées sur le marché, le prix sera relativement normal, et il y aura toujours plus de produits. À ce moment-là, le prix baissera.

Amérique du Nord : une offre restreinte en raison d’une forte demande

Les volumes de fraises en Amérique du Nord semblent prêts à reprendre.

Une entreprise de production et d’expédition basée en Californie affirme que les stocks actuels de fraises sont serrés en raison de la forte demande pour ce fruit. « Les volumes dans le centre du Mexique et en Floride devraient augmenter continuellement dans les semaines à venir. Nous prévoyons que les fraises du Mexique et de la Floride atteindront un pic à temps pour la Saint-Valentin. »

Cela dit, les volumes actuels sont supérieurs d’environ 15 % à ceux de l’année dernière à la même époque, grâce notamment à de bonnes conditions météorologiques. En ce moment, le producteur-expéditeur récolte des fraises en Californie à partir d’Oxnard et de Santa Maria, ainsi qu’en Floride et au Mexique. « Oxnard a eu sa première récolte la première semaine de l’année et montera rapidement en puissance pour atteindre son pic en mars. La récolte de printemps de Santa Maria a eu lieu au cours de la deuxième semaine de janvier et doublera en volume d’une semaine à l’autre jusqu’en mars », indiquent-ils. « Nos producteurs de Floride et du Mexique se rapprochent rapidement de leurs périodes de pic de volume qui contribueront à la majorité de notre offre pour la Saint-Valentin. »

Un autre producteur-expéditeur basé en Floride affirme que le volume de fraises de cette région s’est également restreint récemment. « Nous avions des stocks décents pour décembre. Puis, la semaine dernière, nous avons commencé à ramasser avec le froid. Nous sommes donc tous un peu chamboulés. Les nuits fraîches ralentissent un peu la récolte. Nous avons encore des journées plus chaudes, mais le temps est un peu couvert, partiellement nuageux. »

Il ajoute toutefois que les rendements globaux des baies devraient être en hausse cette année. « Nos Brilliance se récoltent assez bien et offrent de bons rendements réguliers pour nos fruits conventionnels. Cette année, nous avons une plus grande superficie en culture biologique et nous obtenons également de meilleurs rendements dans ce domaine. La qualité a été très bonne ainsi que le calibre. Nous avons obtenu une moyenne de 18 à 20 têtes pour nos variétés Sensation et Brilliance. »

Traditionnellement, l’offre de fraises est plus restreinte à cette période de l’année. « La consommation de fraises a été forte après la pandémie », explique le producteur-expéditeur californien. Bien sûr, c’est aussi la période où les résolutions du Nouvel An autour d’une alimentation saine voient le jour, ce qui alimente également la demande de produits frais.

Pour répondre à ces approvisionnements limités, la demande de baies de Floride est « scandaleuse », selon le producteur-expéditeur de Floride. « Nous n’arrivons même pas à répondre à la demande. Même si nous obtenons de meilleurs chiffres, les stocks sont toujours très insuffisants. »

Il ajoute que si le resserrement de l’offre en Californie contribue également à stimuler la demande en Floride, les problèmes de chaîne d’approvisionnement affectent aussi la circulation régulière du produit. « Le Mexique a également eu des problèmes de qualité et nous n’avons pas vu beaucoup de volume sortir du Mexique également. La situation est le résultat d’une combinaison de tous ces facteurs », ajoute-t-il.

En outre, la Saint-Valentin se profile à l’horizon, une fête souvent associée aux fraises. Les détaillants planifient aussi actuellement leurs achats pour la période. « Nous prévoyons un bon volume de fraises pour la Saint-Valentin. Nous constatons généralement une forte demande de fraises à longues tiges à cette époque de l’année. La plupart de nos zones de culture de printemps commenceront à augmenter l’offre pour atteindre un volume prometteur à la fin du mois de février », ajoute le producteur-expéditeur californien.

Australie : opportunités pour les fraises australiennes sur les marchés d’exportation

L’Australie est dans sa saison de fraises d’été, mais les rapports des producteurs sont mitigés. Un producteur a déclaré que la saison 2021-22 lui a permis de reprendre la production de fraises, après l’avoir interrompue il y a quelques saisons en raison de la sécheresse. Mais du côté des consommateurs, on n’a pas observé la baisse significative des prix des années précédentes, où les barquettes de 250 grammes se vendaient moins de 2 dollars australiens. Cette année, les principaux supermarchés vendent les fraises à plus de 3 dollars. Cette situation pourrait également avoir été influencée par la poussée du variant Omicron. En effet, de nombreux employés de la production et de la chaîne d’approvisionnement ont été contraints de quitter leur emploi parce qu’ils avaient contracté le virus ou qu’ils étaient un « contact proche ». Cela a entraîné une pénurie de produits frais sur certains sites et l’annulation ou la réduction des commandes des producteurs.

Entre-temps, une subvention du gouvernement australien de près de 250 000 $ à Berries Australia Limited contribuera à donner à l’industrie des fruits rouges les outils nécessaires pour se développer sur les marchés d’exportation. Au cours de l’année se terminant en juin 2020, 5 084 tonnes (42 millions de dollars) de baies ont été exportées d’Australie – dont 4 678 tonnes (33,4 millions de dollars) de fraises. Selon un représentant de Berries Australia, le projet vise à renforcer la confiance des exportateurs et à accroître les exportations sur les marchés à forte croissance, tels que Singapour, l’Inde, la Thaïlande et les Émirats arabes unis. « Le financement donnera l’occasion aux exportateurs de relancer les conversations et d’établir des relations avec les importateurs et les détaillants sur les marchés cibles. Même si les producteurs ne sont pas eux-mêmes des exportateurs, ils en bénéficieront également puisque cette subvention contribuera à faire croître le gâteau et à augmenter les revenus de tous les producteurs.

Freshplaza

Regardez aussi

Légumes - ph : Pixabay

FAO : Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021

Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021 observe la FAO. Les prix …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.