AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu' en Afrique de l'Ouest / Nigeria : Mise en place du projet Zones Spéciales de transformation agro-industrielle
Nigeria : Mise en place du projet Zones Spéciales de transformation agro-industrielle
Photo : DR

Nigeria : Mise en place du projet Zones Spéciales de transformation agro-industrielle

Le président de la BAD et les gouverneurs nigérians, déterminés à mettre en œuvre les Zones spéciales de transformation agro-industrielle.

Le mardi 23 février, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi A. Adesina a reçu quatre gouverneurs d’Etat du Nigeria et le directeur général de la Nigeria Sovereign Investment Authority (NSIA), au siège de l’institution à Abidjan. A l’ordre du jour, l’exécution rapide de la première phase du programme des Zones spéciales de transformation agro-industrielle (SAPZ) de la Banque africaine de développement dans leurs États respectifs.

Rappelons que le programme “Zones spéciales » vise à soutenir un développement agro-industriel inclusif et durable sur le continent. Le lancement du programme est prévu pour très bientôt dans sept Etats du Nigeria. Le président de la BAD, Adesina, espère que ce programme changera la donne pour le secteur agricole au Nigeria. Selon lui, le programme fournira des infrastructures de classe internationale pour accompagner les entreprises agro-alimentaires désireuses de s’installer près des zones de production, à développer des chaînes de valeur compétitives, grâce au concours des systèmes logistiques qui favorisent la transformation des denrées alimentaires ainsi que la création de valeur ajoutée. Les zones spéciales contribueront aussi à la création de richesse et d’emplois massifs dans les régions rurales. Ces dernières pourront ainsi sortir de l’état de misère économique pour rejoindre celui de la prospérité économique.

Les gouverneurs nigérians, Nasir Ahmad El-Rufai (Kaduna), Dapo Abiodun (État d’Ogun), Seyi Makinde (Oyo), et Hope Uzodinma (Imo) se sont joints au directeur général de la NSIA, Uche Orji, et au président Adesina pour une profonde discussion sur la façon dont le programme contribuera au développement et à la création de valeur économique dans les Etats.

Au cours de cet échange, les participants ont mis l’accent sur l’importance du rôle d’intermédiaire désintéressé de la Nigeria Sovereign Investment Authority, notant l’engagement des différents gouverneurs pour le programme. La signature d’un communiqué par toutes les parties est une preuve parlante de leur engagement commun et de leur conviction du fait que les Zones spéciales permettraient de transformer l’agriculture rapidement et à grande échelle dans tout le Nigeria. Le Dr Mohammad Mahmood Abubakar, actuel ministre de l’Agriculture a également assisté à la réunion par visioconférence, depuis la capitale nigériane Abuja.

Le président de la BAD a également convié à cette réunion, Arise IIP, une société spécialisée dans la création de zones industrielles, à partager son expérience en la matière dans différents pays de la région, notamment au Bénin, au Gabon et au Togo. Les participants ont ainsi pu se faire une idée plus exacte sur comment les zones agro-industrielles de ces zones avaient contribué à stimuler la croissance dans la transformation du bois, du coton et de noix de cajou.

Adesina a réitéré l’engagement de la BAD envers l’agriculture nigériane, qui selon ses dires, pourrait devenir la source d’approvisionnement alimentaire. Le conseil d’administration de la Banque a d’ailleurs accordé un prêt de près de 160 millions de dollars pour le lancement du programme dans sept Etats nigérians et dans le territoire de la capitale fédérale.

Le Fonds international de développement agricole et la Banque islamique de développement, cofinanceront la première phase du programme à hauteur de 150 millions de dollars supplémentaires. Quant au gouvernement nigérian, il fournira environ 18.05 millions de dollars pour le déploiement et la mise en œuvre du programme.

Le gouverneur El-Rufai de l’État de Kaduna a exprimé son enthousiasme pour le programme des zones spéciales en invitant ses pairs à tirer profit de sa valeur pour le développement. Il a également déclaré leur détermination à mettre en œuvre le programme SAPZ.

« La NSIA s’engage à collaborer avec les gouverneurs pour assurer le professionnalisme et le respect des délais dans la passation de marchés, dans le cadre du Programme Zones spéciales de transformation agro-industrielle. »

Le gouverneur Abiodun de l’Etat d’Ogun, a souligné l’initiative prometteuse et transformatrice tant pour l’Etat d’Ogun que pour le pays. C’est un pas important vers la réduction du chômage, un défi majeur que rencontre l’Etat avec le nombre croissant de jeunes instruits qui terminent leurs études sans trouver d’emploi.

Les gouverneurs Makinde et Uzodinma (États d’Oyo et d’Imo) ont pour leur part souligné l’importance du programme pour le renforcement du développement agricole dans leurs États, mentionnant également les nombreux avantages en tant que pôles d’investissement.

Le directeur général de la NSIA, Uche Orji a quant à lui souligné que l’agriculture était l’un des principaux domaines d’intervention de son agence. Il a également affirmé que la NSIA s’engage à collaborer avec les gouverneurs pour assurer le professionnalisme et le respect des délais dans la passation de marchés.

Le Projet de zones spéciales de transformation agro-industrielle suscite l’intérêt du secteur privé de l’alimentation et des agro-industries du Nigéria. Le secteur à lui seul devrait investir au moins un milliard de dollars dans ces zones.

Le président Adesina félicite également l’enthousiasme avec lequel les gouverneurs ont adopté le programme et les encourage à demeurer d’excellents directeurs du marketing pour leurs Etats, mais aussi à faire des propositions sur la façon d’attirer les investissements du secteur privé.

Il exhorte également la Nigeria Sovereign Authority à définir une feuille de route que les gouverneurs pourront suivre afin de mettre en œuvre cette initiative. Adesino espère une mise en œuvre à grande échelle au Nigeria. Par conséquent, il est essentiel de définir des normes afin d’éviter des lourdeurs bureaucratiques.

Uche Orji, le directeur général de la NSIA, a signé une lettre d’intention dans laquelle l’Agence s’engage à offrir une assistance stratégique dans la recherche de cabinets de conseil en transaction et d’entreprises pour bâtir des infrastructures de classe internationale dans les hubs.

La NSIA s’engage également à présenter aux gouverneurs un projet de cadre et à organiser des réunions mensuelles afin de suivre l’avancée des parties prenantes, pour éventuellement accélérer la mise en œuvre.

D’après le SAPZ, le succès du programme Zones spéciales au Nigeria pourrait avoir un impact à l’échelle continentale. La BAD a déjà engagé plus de 750 millions de dollars dans la création de 23 pôles agro-industriels dans 11 pays africains.

Cette initiative, qui s’inscrit dans le cadre de la priorité de la BAD, à savoir “nourrir l’Afrique”, adoptera une approche approuvée par le gouvernement et pilotée par le secteur privé afin de booster l’agro-industrie. Un secteur pour lequel l’Afrique dispose d’un avantage comparatif et un fort potentiel de croissance, grâce à ses terres arables.

Regardez aussi

La Côte d’Ivoire ouvre ses stands au Salon international de l’agriculture de Paris 2022

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani ouvre des stands dédiés …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.