AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Pourquoi beaucoup de pays d’Afrique vont manquer d’engrais ?
Engrais
Engrais - ph : DR

Pourquoi beaucoup de pays d’Afrique vont manquer d’engrais ?

Les engrais vont manquer en Afrique, la disponibilité est limitée et les prix s’envolent.

Les prix des engrais explosent. Cette hausse vertigineuse pénalise avant tout les pays africains souvent mal informés des tendances du marché et assez peu réactifs. Les achats d’engrais mal réalisés pénalisent l’approvisionnement et c’est toute la campagne agricole en Afrique qui en souffre.

Récemment le manque d’ammonitrate en Tunisie a fait la une de l’actualité agricole tunisienne. Ce problème pourrait à l’avenir se manifester dans d’autres pays du continent et bien évidemment en Afrique de l’Ouest.

En effet à part le Bénin, dont le gouvernement a anticipé ce besoin et a été prévoyant en encourageant les importations d’intrants, et le Nigéria qui reste l’exception continentale grâce à son partenariat avec le Maroc et son producteur de phosphates l’OCP ; l’ensemble des autres pays de la région risquent de souffrir de la situation.

D’après différentes sources concordantes, la majorité des pays d’Afrique de l’Ouest sont encore en phase de validation des appels d’offres alors qu’ils devraient être en train de réceptionner leurs importations.

Le plus inquiétant, c’est que de nombreux pays se sont abstenus d’acheter en anticipant une baisse des prix des matières premières, des prix qui ne sont jamais descendus finalement et qui ne devraient pas baisser d’ailleurs vu la demande croissante à l’international. Ces augmentations qui sont également associées à celles du prix du gaz et de l’électricité continuent de rendre cette campagne agricole douloureuse pour de nombreux pays du continent.

Un manque d’information

Pour les spécialistes, c’est le manque d’information qui n’a pas permis aux pays du continent d’anticiper les tendances du marché. A titre d’exemple, la Banque de Développement de la CEDEAO avait ouvert une ligne de crédit de 520 millions de dollars pour soutenir l’achat d’engrais, il y a plus d’un an maintenant, nous apprend RFI et trop peu de pays en ont profité.

Ces derniers vont probablement devoir importer plus de matières premières dans les mois qui viennent, alors qu’ils auraient pu investir dans des engrais qui auraient été largement moins couteux in fine.

Regardez aussi

Horticulture

Sénégal : Une caravane à Kaolack pour la promotion de l’agro-écologie

La Dynamique pour une transition agro-écologique au Sénégal (DYTAES) organise une caravane dans la ville …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.