AgriMaghreb AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / La « révolution verte » en Afrique promise par Bills Gates tarde à se réaliser
Bill Gates
Bill Gates - Ph : flickr

La « révolution verte » en Afrique promise par Bills Gates tarde à se réaliser

Les familles Rockefeller et Gates avaient promis une  « révolution verte » en Afrique.

Il y a 16 ans maintenant,  l’organisation Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) avait été créée par les familles de Bill Gates et Rockefeller pour financer le développement de l’agriculture en Afrique.

Ou en sommes-nous aujourd’hui ? L’ONG Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) qui était tant attendue par le continent ne s’est finalement jamais développée à hauteur des espoirs africains. Les responsables africains sont mêmes unanimes pour critiquer l’impact de l’ONG qui prétend œuvrer sur le continent.

Green Revolution in Africa (AGRA) avait annoncé en 2006 s’appuyer sur des financements colossaux des fondations Bill et Melinda Gates (BMGF) et Rockefeller.

15 années plus tard, pas de réelle avancée à ce niveau, et les langues se délient. Le bilan n’est pas reluisant pour l’ONG qui voit face à elle de nombreux experts la critiquer.

Pour Francesca de Gasparis, directrice de l’Institut de l’environnement des Communautés religieuses d’Afrique australe (SAFCEI) : « ce dont les agriculteurs africains ont besoin c’est d’un soutien pour la résilience climatique, plutôt que des systèmes agricoles à échelle industrielle, axés sur le profit », limpide.

Mais alors que fait AGRA dans 13 pays en Afrique ?

Pour l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA), AGRA a tout simplement l’air d’un projet « malavisé ». qui a échoué dans sa mission d’aider les agriculteurs à améliorer leur productivité.

176 ONG se sont rejoints pour tenir ce discours là à travers une lettre ouverte qui indique même clairement que « AGRA a nui aux efforts plus larges pour soutenir l’agriculture africaine », un véritable camouflet.

Pour beaucoup, il s’agissait donc uniquement pour les familles Gates et Rockefeller de « promouvoir leurs images personnelles » sans réelle action concrète.

De son côté AGRA, tiens le même discours et déclare à travers Aggie Asiimwe Konde, sa vice-présidente que l’ONG rencontre un succès important sur le continent et  permet aux agriculteurs de « doubler leurs revenus, diversifier les cultures et s’intégrer au marché ». Des déclarations sans chiffres donc et sans valeurs réelles.

Timothy Wise, chercheur en développement durable à Cambridge, l’affirme clairement « AGRA n’est pas en mesure de fournir des preuves de ce progrès ».

Ce chercheur a d’ailleurs lui même voulu auditer l’impact d’AGRA en Afrique mais s’est retrouvé confronté à des projets vides au Kenya, en Ethiopie ou encore en Tanzanie. Poursuivant son investigation il a indique que « AGRA a refusé de répondre à ma demande de données sur ses bénéficiaires.

J’ai donc examiné les indicateurs de développement dans les 13 pays bénéficiaires pour chercher des indices sur l’augmentation de revenus agricoles, mais rien ne soutient les déclarations d’AGRA »  conclut le spécialiste dans un article publié sur le JournalDeLAfrique.

Regardez aussi

Légumes - ph : Pixabay

FAO : Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021

Les prix alimentaires mondiaux ont légèrement baissé en décembre 2021 observe la FAO. Les prix …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.